Wizkid

WizKid

Artist, Singer, Songwriter - Nigeria


 
Ayodeji Ibrahim Balogun (stage name Wizkid) was born on July 16, 1990 in Lagos, Nigeria. He comes from a large family and is the last of six children. Wizkid started singing at age 11; he sang in his church’s choir and released a 7 track album entitled “Lil Prinz”. Wizkid’s first song featured one of Nigeria’s celebrated musical icon, OJB Jezreel. Moreover, in 2006, Wizkid collaborated with Naeto C and Ikechukwu prior to rising to stardom. In 2009, Wizkid became a household name within Nigeria’s musical landscape; he was featured on M.I’s “Fast Money, Fast Cars”, and Kel’s “Turn by Turn”. Wizkid was featured on Banky W’s album, The W Experience, after getting signed to Empire Mates Entertainment. Wizkid began recording songs for his debut album, Superstar, several months prior to the June 9, 2011 release. Wizkid has won 7 awards, including Ghana Music Awards (African Artist of the Year) in 2013, BET Awards 2012 (Best International Act Africa) in 2012, Hip Hop World Awards 2012 (The Headies) in two nominations, Nigerian Entertainment Awards 2012, in two nominations, Mobo Awards (Best African Act) in 2011.
In recent years, Wizkid has become the prodigy singer of Lagos.
Courted by Jay Z, he became the most successful artist in the new African music scene. His new mission: “Take Africa to the rest of the world. ”
Yodeji Ibrahim Balogun comes from an African country where there are Boko Haram, heavily armed pirates, thousands of millionaires and tens of millions of people living on less than a dollar a day. Its world is a megalopolis named Lagos, bubbling economic capital of Nigeria. More than 20 million inhabitants live there in gigantic shantytowns or sleep in manors and apartments with rents even more expensive than in Paris. All know Wizkid, the stage name of Ayodeji Ibrahim Balogun.
Star of the Nigerian Afro-pop
At the age of 26, he became the most successful artist in the new African music scene. No more a single DJ on the continent that can deprive itself of the tubes of the star of the Afro-pop Nigerian. His suave and crystalline voice, his refined rhythmic mixing afro-beat, hip-hop, dancehall and electro make the crowds dance. His style of African dandy hipster, as elegant in slim jeans as in a costume of a great couturier or a traditional boubou, makes the ladies crack and is worthy of the praises of the fashion magazines, whose online version of the American edition of Vogue.
On Instagram, where he has more than 3 million subscribers, he performs in studio in London or Los Angeles in hype outfits or with French fashion designer Christian Louboutin. Wizkid, a child prodigy of Lagos, has risen with grace to the rank of icon of an urban African youth and uninhibited compared to a West that no longer dreams. Faced with this assumed and sophisticated africanity, Europe or the United States are no more than luxury supermarkets, for the wealthiest, and markets to conquer, for the more ambitious. And Wizkid demonstrates it brilliantly. With two albums and clips always careful, he has bewitched Africa in less than five years, crowned in October 2016 “artist of the year” and “best musician” at the MTV Africa Music Awards.
$ 1 million contract
But Ayodeji Ibrahim Balogun sees further. “We look forward to helping him conquer the world,” said Adam Granite, president of the Europe and Africa division of Sony Music International. On March 1, the record company officially signed Wizkid, considered a “priority for 2017”. The amount of the contract remains confidential, but would exceed $ 1 million. “The biggest deal ever signed by an African”, prides itself in the entourage of the artist. As if to pay tribute to this Africa that made him famous, Wizkid released the same day his last single, an ode to love called Sweet Love, already a hit. The accompanying clip is an anthology of his concerts and crowd baths, from Bamako to Freetown, from Dakar to Kigali. Perhaps this is a way of telling his continent fans that he will now concentrate on his new mission, which he defines as “taking Africa to the rest of the world. ”

Français
Ayodeji Ibrahim Balogun (nom de scène Wizkid) est né le 16 juillet 1990 à Lagos, au Nigéria. Il vient d’une grande famille et est le dernier de six enfants. Wizkid a commencé à chanter à l’âge de 11 ans; Il a chanté dans le chœur de son église et a sorti un album de 7 titres intitulé “Lil Prinz”. La première chanson de Wizkid a présenté l’une des icônes musicales célèbres du Nigéria, OJB Jezreel. De plus, en 2006, Wizkid a collaboré avec Naeto C et Ikechukwu avant de passer à la célébrité. En 2009, Wizkid est devenu un nom familier dans le paysage musical nigérian; Il a été présenté sur «Fast Money, Fast Cars» de M.I, et «Turn by Turn» de Kel. Wizkid a été présenté dans l’album The W Experience de Banky W, après avoir été signé dans Empire Mates Entertainment. Wizkid a commencé à enregistrer des chansons pour son premier album, Superstar, plusieurs mois avant la sortie du 9 juin 2011. Wizkid a remporté 7 prix, dont Ghana Music Awards (Artiste africain de l’année) en 2013, BET Awards 2012 (Best International Act Africa) en 2012, Hip Hop World Awards 2012 (The Headies) dans deux nominations, Nigerian Entertainment Awards 2012, En deux nominations, Mobo Awards (Best African Act) en 2011.

Ces dernières années, Wizkid est devenu le chanteur prodige de Lagos.
Courtisé par Jay Z, il s’impose comme l’artiste au succès le plus retentissant de la nouvelle scène musicale africaine. Sa nouvelle mission : « Emmener l’Afrique dans le reste du monde. »
yodeji Ibrahim Balogun vient d’un pays d’Afrique où il y a Boko Haram, des pirates lourdement armés, des milliers de millionnaires et des dizaines de millions de personnes qui vivent avec moins d’un dollar par jour. Son monde à lui est une mégalopole nommée Lagos, bouillonnante capitale économique du Nigeria. Plus de 20 millions d’habitants y survivent dans de gigantesques bidonvilles ou bien y dorment dans des manoirs et des appartements aux loyers encore plus chers qu’à Paris. Tous connaissent Wizkid, le nom de scène d’Ayodeji Ibrahim Balogun.
Star de l’afro-pop nigériane
À 26 ans, il s’est imposé comme l’artiste au succès le plus retentissant de la nouvelle scène musicale africaine. Plus un seul DJ sur le continent qui puisse se priver des tubes de la star de l’afro-pop nigériane. Sa voix suave et cristalline, ses rythmiques épurées panachant afro-beat, hip-hop, dancehall et électro font danser les foules. Son style de dandy hipster africain, aussi élégant dans un jean slim que dans un costume de grand couturier ou un boubou traditionnel, fait craquer les dames et lui vaut les éloges des revues de mode, dont la version en ligne de l’édition américaine de Vogue.
Sur Instagram, où il a plus de 3 millions d’abonnés, il se met en scène en studio à Londres ou Los Angeles dans des tenues hype ou avec le créateur de mode français Christian Louboutin. Wizkid, enfant prodige de Lagos, s’est hissé avec grâce au rang d’icône d’une jeunesse africaine urbaine et décomplexée par rapport à un Occident qui ne la fait plus rêver. Face à cette africanité assumée et sophistiquée, l’Europe ou les États-Unis ne sont plus que des supermarchés de luxe, pour les plus aisés, et des marchés à conquérir, pour les plus ambitieux. Et Wizkid le démontre avec brio. Avec deux albums et des clips toujours soignés, il a envoûté l’Afrique en moins de cinq ans, sacré en octobre 2016 « artiste de l’année » et « meilleur musicien » aux MTV Africa Music Awards.
Contrat à 1 million de dollars
Mais Ayodeji Ibrahim Balogun voit plus loin. « Nous avons hâte de l’aider à conquérir le monde », dit Adam Granite, président de la division Europe et Afrique de Sony Music International. Le 1er mars, la maison de disque a officialisé la signature de Wizkid, considéré comme « une priorité pour 2017 ». Le montant du contrat reste confidentiel, mais dépasserait le million de dollars. « Le plus gros deal jamais signé par un Africain », s’enorgueillit-on dans l’entourage de l’artiste. Comme pour rendre hommage à cette Afrique qui l’a rendu célèbre, Wizkid a sorti le même jour son dernier single, une ode à l’amour intitulée Sweet Love, déjà un hit. Le clip qui l’accompagne est un florilège de ses concerts et bains de foule, de Bamako à Freetown, de Dakar à Kigali. Peut-être est-ce une manière de dire à ses fans du continent qu’il va désormais se concentrer sur sa nouvelle mission, qu’il définit ainsi : « Emmener l’Afrique dans le reste du monde. »

 

Videos